dimanche 13 avril 2014

Et voici la preuve…

Ceux qui me lisent risquent de me trouver lancinant, mais je crois bonne la méthode qui consiste à justifier ce que l'on avance. C'est donc non pas pour mes amis qui lisent ce blog, mais pour les autres, ceux qui ignorent la pratique, que je veux donner l'image suivante :
EU plant proteins
Elle est bien petite, mais on trouvera la chose à l'adresse  http://ec.europa.eu/research/participants/portal/desktop/en/opportunities/h2020/topics/2330-sfs-15-2014.html.
De quoi s'agit-il ? De rien que moins qu'une justification de la cuisine note à note, puisque la Communauté européenne prévoit de dépenser des dizaines de millions d'euros pour que nous soyons collectivement prêts à consommer des protéines végétales à la place des protéines animales, que nous consommons en trop grande quantité aujourd'hui et qui viendront à manquer quand l'humanité dépassera les 8 milliards d'individus.
Produire des protéines végétales est une chose, mais il faudra les "cuisiner". Or si l'on peut ajouter des protéine végétales à un plat, il devient vite nécessaire de les utiliser comme ingrédients essentiels, et non plus accessoires, et la cuisine note à note s'impose alors absolument.
Ce n'est pas donc un "excité" qui propose la cuisine note à note, mais la Communauté européenne ! Et croyez moi : contrairement à certains, je ne fais pas de lobbying... puisque je n'ai à vendre ni produits, ni idéologie.